Fanette Guilloud
Oeuvres & Textes

Fanette Guilloud est une jeune photographe de 23 ans, née en France, diplômée en 2013 de l'école de photographie de Toulouse.


Fanette Guilloud - Photographe - Galerie d'art de Francony


A travers la série Géométrie de l'impossible, l'artiste nous présente un travail qui se situe entre l'installation, la peinture et la photographie, des oeuvres peintes à la bombe dans des lieux désaffectés et chargés de mémoire. L'artiste joue sur 2 courants montants de la photographie contemporaine qui sont l'Anamorphose (Georges Rousse / Felice Varini) et l'exploration urbaine ou Urbex auquel elle ajoute un élément perturbateur, une double mise en abime par le jeu des figures géométriques impossibles dérivées du Triangle de Penrose.



"Je travaille principalement en associant la photographie à un travail d'installation dans le cadre de problématiques particulieres et toujours différentes, lors de recherches personnelles publiées ici en tant que «séries», ou lors de commandes. On connait mon utilisation de l'anamorphose, inspirée par les travaux de Georges Rousse, mon travail ne s'y limite pourtant pas, représentation de cette perpétuelle remise en question qui m'habite. Plus que l'anamorphose en tant qu'art, c'est l'interaction avec l'espace qui m'intéresse, le dialogue entre créativité, fonctionnalité et rendu; cette réflexion sur la place de l'humain dans cet espace, l'interprétation qu'il en fait et les choix qui en découlent."





Maitrise théorique, technique et sens inné de l'esthétisme...

A travers la série Géométrie de l'impossible, Fanette Guilloud nous présente un travail qui se situe entre l'installation, la peinture et la photographie. L'artiste investit des lieux désaffectés et chargés de mémoire dans lesquels elle peint à la bombe de grandes figures géométriques (sans post production photoshop pour la forme et sans rétro-projecteur), des formes qui vont ensuite prendre tout leur sens à travers le seul et unique point de vue de l'appareil photo, à la fois révélateur et trace.

L'artiste joue sur 2 courants montants de la photographie contemporaine qui sont l'Anamorphose (Georges Rousse / Felice Varini) et l'exploration urbaine ou Urbex auquel elle ajoute un élément perturbateur, une double mise en abime par le jeu des "figures géométriques impossibles" dérivées du Triangle de Penrose.


Géométrie de l'impossible

"Ces fragiles créations perceptibles du seul point de vue de l'appareil photographie existent sans exister, symboles d'une perfection inaccessible entrant en écho avec des formes impossibles dans notre conception de l'espace. Proprement inconcevables, il faut s'affranchir du système euclidien pour y trouver un sens : après un temps d'hésitation le cerveau, satisfait, réajuste les différents plans afin d'aboutir à une forme cohérente : comprenant qu'on lui ment mais acceptant cette proposition."

L'ensemble des motifs géométriques (inspirés du triangle de Penrose) sont peints directement par l'artiste, à la bombe, sans post production photoshop pour la forme et sans rétro-projecteur, sur une durée totale de 6 mois.


  • Image #01 — Peinture réalisée dans une usine abandonnée, en plein hiver; près d'Annecy. La plus grande des peintures de cette série, environ 3m de haut et la partie du mur à travers le verre brisé doit être à 5 mètre, soit une surface d'à peu près 2m carré pour cette petite surface en rendu.

  • Image #02 — Peinte dans une maison abandonnée vers Toulouse.

  • Image #03 & #04 — Toutes deux réalisées dans la même grande usine que l'image n°1.

  • Image #05 — La première de la série que j'ai peinte, dans un immense téléphérique abandonné dans les Alpes.

  • Image #06 — Une des plus compliquées que j'ai eu à peindre, du fait du vélo, et de toutes les planches sur différents plans sur la gauche. Peinte dans une ferme dont le plancher menaçait de s'écrouler à chaque pas, près de Bordeaux.

  • Image #07 — Peinte dans la même maison (une immense ancienne maison bourgeoise désertée, assez dégradée mais impressionnante, le temps s'y était arrêté) que la n°2, la seconde que j'ai peins, et initiatrice de la suite de la série.

  • Image #08 — Dans les environs de Bordeaux, d'anciens préfabriqués qui avaient brulé, au milieu d'un champ de chevaux.


A lire :
- www.realestateofthemind.fr





# Impossible Typography : A






Regenerate 14 - july.2014 - curated by The Lab Magazine, 3 installations in the Generator Hostel Mitte, Berlin

Cette installation est le début de ma prochaine série. J'ai voulu travailler en poussant plus loin l'étude et la redéfinition de l'espace en lui-même. Grâce au blanc couplé à la lumière du jour, l'espace est remis à zéro. Vient s'y apposer une recherche graphique et la création d'un alphabet impossible, dans la continuité de la série Impossible Geometry; ici la première lettre, le A.



This installation is the beginning of my next serie. This work is more focused on studying and redefining the space I an working in. Thanks to the all-white and the daylight, the sace is reseted. The final touch is the graphic research and the creation of an impossible alphabet,starting here with the letter A. (spraycan and paint, no photoshop)

  • Voir :
Résultats 1 - 8 sur 8.