Abraham Poincheval // Nos limites // Palais de Tokyo

Abraham Poincheval // Nos limites // Palais de Tokyo

.Abraham Poincheval - Pierre - Performance - du 22 février au 01 mars 2017

Palais de Tokyo
13, avenue du Président Wilson
75116 Paris

. www.palaisdetokyo.com

Depuis mercredi 22 février à 14h, l’artiste Abraham Poincheval est installé à l’intérieur d'une pierre blanche de 12 tonnes posée au beau milieu du Palais de Tokyo, dans une cavité creusée spécialement pour épouser la forme de son corps. Il y restera sept jours et sept nuits, relié à l’extérieur par un conduit de ventilation percé dans le roc, exclusivement nourri de viande séchée et de briques. Avec lui, il emporte un téléphone de secours, une boîte hermétique, une lampe frontale, un peu de lecture, rien d’autre.

Abraham Poincheval


Lors de ses performances en solitaire, Abraham Poincheval repousse ses limites physiques et mentales. La vie en autarcie, l’enfermement, l’immobilité ou la perte progressive des sens sont pour lui des moyens d’exploration du monde et de la nature humaine.
À l’instar de la bouteille géante à l’intérieur de laquelle Abraham Poincheval a effectué une remontée du Rhône, des sculptures habitables dans lesquelles, ou sur lesquelles, il a vécu plusieurs jours, seront disséminées dans les espaces du Palais de Tokyo.

À l’occasion de son exposition personnelle au Palais de Tokyo, Abraham Poincheval réalise deux performances inédites : Pierre et Œuf.

Pierre, du 22 février au 1er mars 2017

« L’impression que l’on a de notre vitesse n’est liée qu’à nous, à notre propre point de vue. » Pierre est une expédition au coeur du monde minéral. Abraham Poincheval tente pour la première fois d’habiter un rocher pendant une semaine, approfondissant ainsi son expérimentation de l’enfermement et de l’isolement. Cette grande pierre calcaire exposée au centre du Palais de Tokyo a été sculptée selon la silhouette d’Abraham Poincheval. Elle est présentée ouverte avant et après la performance, dévoilant le matériel de survie dont elle est équipée. Pendant la performance, elle devient à la fois une capsule spatiale permettant à l’artiste de réaliser un voyage intérieur, une enveloppe protectrice tout autant qu’une cellule d’isolement. En dehors de sa préparation logistique, physique et mentale, l’expérience qu’éprouve l’artiste est imprévisible. Loin de vouloir réaliser un exploit, Abraham Poincheval tente d’échapper au temps humain et d’éprouver la vitesse du minéral.

Œuf, à partir du 29 mars 2017 pour une durée indicative de 21 à 26 jours

« Qu’un homme couve des œufs m’intéresse parce que cela pose la question de la métamorphose et du genre. Ce sont des énonciations très précises qui peuvent tout à coup devenir poreuses, s’éroder, se transformer. » Pour la première fois dans ses recherches, Abraham Poincheval se confronte au monde vivant : installé dans les espaces du Palais de Tokyo, il tente de couver des œufs de poule jusqu’à leur éclosion. En se substituant à l’animal, il éprouve le temps de la gestation pouvant aller de 21 à 26 jours. Abraham Poincheval est assis ou allongé dans un espace clos, un vivarium qui ressemble à une vitrine d’exposition. Il se couvre d’un manteau traditionnel coréen réalisé par l’artiste Seulgi Lee et s’entoure de provisions. Limité dans ses mouvements, face aux visiteurs, l’artiste semble inactif. Il devient comme Toine, l’anti-héros de la nouvelle de Guy de Maupassant du même nom (1885), immobilisé par une attaque cardiaque et forcé par sa femme à couver des œufs.

Commissaire : Adélaïde Blanc

« Je conçois le temps [de mes performances] comme un voyage terrestre intérieur. Ma démarche est de savoir par moi-même ce qu’il en est du monde, un peu à la manière du Candide de Voltaire. »

Abraham Poincheval

A propos de l'artiste :

Pour Abraham Poincheval (né en 1972, vit à Marseille), la création est une aventure au sens propre. De 2001 à 2009, il entreprend avec Laurent Tixador des expéditions extrêmes et insensées : creuser un tunnel, marcher de Nantes à Metz en ligne droite, camper au sommet d'un building. Aujourd'hui explorateur en solitaire, il parcourt les Alpes, poussant son abri de fortune tel un escargot sysiphéen ; ou relève le défi de vivre plusieurs jours en autarcie dans des espaces clos et réduits. Sculptures ou journaux de bord rendent compte de ses performances. Ses œuvres et performances ont notamment été exposées au Musée de la Chasse et de la Nature à Paris (2014), au Musée Gassendi de Digne-les-Bains (2014), au centre d'art contemporain la Criée à Rennes (2015), à l’IAC de Villeurbanne et au FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur en 2016. Il est représenté par la galerie Semiose (Paris).







Des oeuvres qui pourraient vous plaire :

Broise Okuuchi

Broise Okuuchi

Claire Moog

ClaireMoog

Laurent Allory

Laurent Allory

Dominique Emard

Dominique Emard

Shelley

Shelley



Laisser une réponse