EXPO // EUGENE DELACROIX // MUSEE DU LOUVRE // PARIS

EXPO // EUGENE DELACROIX  // MUSEE DU LOUVRE // PARIS

 La liberté guidant le peuple, E. Delacroix

.Delacroix ( 1798 - 1863 ) - du 29 mars au 23 juillet 2018

Musée du Louvre
Rue de Rivoli
75001 Paris

. www.louvre.fr

Il est l’un des géants de la peinture française et pourtant Paris ne lui a pas consacré de rétrospective complète depuis 1963, année du centenaire de sa mort. Le musée du Louvre, en collaboration avec le Metropolitan Museum  of Art de New York, rend aujourd’hui hommage à l’ensemble de la carrière artistique d’Eugène Delacroix à travers une exposition historique, réunissant 180 œuvres, dont une majorité de peintures.

Des grands coups d’éclat qui firent la célébrité du jeune artiste aux Salons des années 1820, jusqu’aux dernières compositions religieuses ou paysagées, peu connues et mystérieuses, le parcours met en évidence la tension qui caractérise la création d’un artiste à la fois en quête d’originalité et mû par le désir de s’inscrire dans la grande tradition des artistes flamands et vénitiens des XVIe et XVIIe siècles. L’exposition tente également de répondre aux questions que pose encore une carrière longue, foisonnante et fréquemment renouvelée.  Elle invite enfin le public à faire connaissance avec une personnalité attachante, éprise de gloire et acharnée de travail, curieuse, critique et cultivée, virtuose de l’écriture autant que de la peinture et du dessin.

Cette exposition est l’occasion de réunir des chefs-d’œuvre de l’artiste conservés dans les musées français (Lille, Bordeaux, Nancy,  Montpellier, …) et des prêts exceptionnels en provenance notamment des États-Unis, de Grande-Bretagne, d’Allemagne,  du Canada, de Belgique, de Hongrie, …

Il reste beaucoup à comprendre sur la carrière de Delacroix. Elle se déroule sur un peu plus de quarante années (de 1821 à 1863), or les peintures qui font sa célébrité ont pour la plupart été produites durant la première décennie. Alors qu’elles représentent les trois quarts restants de sa carrière, les années suivantes déroutent car la production de Delacroix ne s’y laisse plus aisément inscrire dans un simple courant. Souvent cité comme ancêtre des coloristes modernes, la carrière de Delacroix décrit en réalité un parcours parfois peu compatible avec la seule lecture formaliste de l’histoire de l’art du XIXsiècle.

L’exposition propose une vision des motivations susceptibles d’avoir inspiré et dirigé son activité picturale au fil de sa longue carrière, déclinée en trois grandes périodes. La première décennie, celle de la conquête et du triomphe, est placée sous le signe de la rupture avec le système néoclassique, au profit d’un recentrement sur les possibilités expressives et narratives du médium pictural ; la seconde partie cherche à évaluer l’impact du grand décor public, principale activité de Delacroix dans les années 1835-1855, dans sa peinture de chevalet où s’observe une tension entre le monumental et le décoratif ; enfin, les dernières années semblent dominées par une forte attraction pour le paysage, tempérée par un effort de synthèse personnelle rétrospective.

Ces clés interprétatives permettent de proposer une classification renouvelée qui dépasse le simple regroupement par genres ou bien le clivage romantique-classique. Elles placent la production picturale de Delacroix en résonnance avec les grands phénomènes artistiques de son temps : le romantisme certes, mais aussi le réalisme, les historicismes, l’éclectisme.

Commissaires de l’exposition : Sébastien Allard, conservateur général du Patrimoine, directeur du département des Peintures, musée du Louvre et Côme Fabre, conservateur du Patrimoine, département des Peintures, musée du Louvre.