EXPO // DESIGN // CONSTRUCTION - MARTIN SZEKELY // MADD BORDEAUX

EXPO // DESIGN  // CONSTRUCTION - MARTIN SZEKELY // MADD BORDEAUX

Design - Construction - Martin Szekely - du 26 avril au 16 sept. 2018

Madd Bordeaux
Musée des Arts Décoratifs et du Design
39 rue Bouffard
33000 Bordeaux

. www.madd-bordeaux.fr

"Appelons beauté, strictement, la convenance de toutes les parties à l'ensemble auquel elles appartiennent, de telle sorte que l'on ne puisse rien ajouter, retrancher ou modifier sans rendre le tout moins nécessaire. Voilà qui est grand et digne des dieux ..."
Léon Battista Alberti, De re aedificatoria, 1452

Le musée des Arts décoratifs et du Design (madd-bordeaux) invite le designer Martin Szekely à exposer son travail dans l’ancienne prison, nouvel espace d’exposition situé à l’arrière de l’hôtel de Lalande. Cette présentation sera l’occasion pour le public de découvrir un ensemble d’une quarantaine de pièces du designer, réunies autour du thème de la construction. Conçus entre 1981 et 2018 - le plus récent d’entre eux,
The Drawers and I, est en cours de production et sera ici présenté pour la première fois – ces meubles et ces objets semblent réinventer leur composition même : ils sont tous le résultat d’un défi structurel.

Pour Martin Szekely construire relève de l’essence même du métier du designer : « J’envisage ma pratique sous l’angle du constructeur et de l’usage qui sera fait de ma construction ; ce qui implique d’emblée l’usager, son corps et son environnement. Qui implique l’usager, appelle l’histoire des usages. Qui construit - ce qui est le propre du designer contrairement à l’artiste qui peut se suffire des idées - appelle l’histoire des structures et des technologies qui les sous-tendent ».

Expérimentant tous les matériaux, traditionnels ou nouveaux, Martin Szekely aborde chaque projet comme une nouvelle remise en question. Ses pièces rendent perceptibles des principes physiques qui questionnent notre rapport au monde matériel. Dans l’espace, les meubles et les objets du designer affichent leur précision mathématique, résultat d’un travail expérimental sur l’équilibre à partir de données de masse, de pesanteur et de réseaux de forces, le plus souvent invisibles à l’œil nu.

Sa réflexion est corrélée à une recherche de simplification pour approcher, avec exigence, l’état limite des matériaux. Dans ce processus de réduction, voire d’effacement, le designer tend vers un dispositif structurel a minima. Les pièces paraissent simples, évidentes et possèdent une dimension universelle. Cette notion de minimum, qu’elle soit visuelle ou structurelle, est, pour Martin Szekely, partageable avec tous.

Les œuvres présentées - toutes des pièces d’usage – rayonnent dans l’espace de la prison. Elles ne se contentent pas d’occuper le lieu mais s’en saisissent. Simplifiées à l’extrême, elles offrent la quintessence même de leur forme. S’en dégage une dimension cachée.

Cette exposition ambitionne de montrer, par un travail historique et thématique, la voie singulière empruntée par ce grand designer.