EXPO // Mr.’s Melancholy Walk Around the Town //Galerie Perrotin Paris

EXPO // Mr.’s Melancholy Walk Around the Town //Galerie Perrotin Paris

.Mr.’s Melancholy Walk Around the Town -  du 19 janvier au 09 mars 2019

Galerie Perrotin
76 Rue de Turenne
75003 Paris

. www.perrotin.com

La ville nous grise et nous écrase. Elle hurle, elle gronde pour attirer notre attention. La ville encercle de toutes parts. Elle enveloppe, engloutit tout ce qu’elle trouve sur sa route, aspirant le grotesque et la beauté, expirant le fantastique et le banal de la même façon. La ville est transgressive, invasive, violant nos frontières physiques, nous pénétrant par l’image et le son, agressant notre peau et les défenses de nos organismes.

La ville de Mr., Tokyo avec ses quartiers otakus de Akihabara et de Ikebukuro, en est pour lui l’exemple même. Une interminable cacophonie de mots et d’images. Une fantaisie attractive de désirs et de peurs. Un espace de tags et graffitis, de consommation ostentatoire et d’épuisement. C’est une terre où le sucré est amertume et l’amertume sucrée, c’est une terre de rupture et de continuité, d’exubérance et d’altération. C’est le lieu où le mignon et le terrifiant, le kawaii et le kowai, sont tout autant interchangeables que mal définis, où le remède et le poison sont, par avance, toujours liés. Mais, dans toute l’euphorie et le danger de cette ville, dans toutes les sollicitations visuelles et les stimulations sonores de la mégalopole de Mr., de sa ville, l’aliénation abonde. Ici, les stimuli incessants ne diminuent pas mais au contraire augmentent le sentiment d’isolement, aggravent la sensation de désintégration, amplifient la solitude. Ici, les citadins marchent tels des somnambules dans une tristesse impuissante, les lumières vives engendrant un manque et l’abondance des produits de consommation créant une profonde agitation. Ici, la bile noire coule, se répand sur les illusions immersives de la ville, la mélancolie a progressé dans cette violence sensorielle tout en se dissimulant.

..... Lire la suite sur le site de la Galerie Perrotin